Contactez-nous

Athenry Heritage Centre
St. Mary's,The Square, Athenry,
Co. Galway
T: +353 (0)91 844661
Envoyez-nous un courriel

Heures d’ouverture

10:30 à 17:00 heures du lundi au dimanche

 

Entrée

Ticket familial incluantune « expérience médiévale » (tir à l’arc et costumes)
2 adultes et 3 enfants 26 euros

Ticket adulte incluant une « expérience médiévale » (tir à l’arc et costumes)
7.50 euros

Ticket classique incluant une visite guidée du centre
4 euros

Réduction pour seniors et étudiants

 

Trip advisor

Visites architecturales guidées

Découvrez notre visite architecturale guidée.
Téléchargez  gratuitement la brochure, la carte illustrée et le récit audio en cliquant ici.

Illustrated map of Athenry

Brochure download

Brochure for athenry heritage centre 2012

Histoire Athenry

Athenry historical sites and objects

La cité médiévale

Le nom de la localité, Baile Atha an Riogh, est d’origine irlandaise ; ce nom indique que le gué à cet endroit devait être important avant l’ère normande. En effet, comme aucun roi de quelque sorte n’est connu pour son lien avec la région à aucun moment, le nom devrait ainsi sans doute être traduit en « Gué de la rivière » plutôt que « Gué des rois » comme il a été suggéré, « rige » étant un ancien mot indo-européen associé avec les rivières. De nombreuses rivières sont appelées Rye, y compris une d’entre elles rejoignant la Liffey à Leixlip, et d’autres dans le Yorkshire et l’ile de Wight- de la même manière le Rhin peut tirer son nom d’un dérivé du même mot. Ceci pourrait en outre expliquer la prononciation du non de la ville à l’heure actuelle : il serait certainement prononcé « Athenri » et non pas « Athnera-i » s’il y avait des rois impliqués dans son histoire.
 La rivière qui coule à Athenry s’appelle « Clareen », et donne son nom à la localité de Clarenbridge, l’endroit où elle se jette dans la mer.

Lire la suite : La cité médiévale

Athenry – Histoire détaillée

Quinze miles (20 km) à l’est de la ville de Galway, Athenry possède un passé qui nous renvoie à plusieurs milliers d’années. Indépendamment des têtes de hache de pierre polie trouvées dans la région, d’autres objets préhistoriques trouvés localement comprennent un fer de lance et un bouclier en bronze datant de la fin de l’âge du bronze, ainsi que le capuchon en bronze d’un fourreau d’épée celtique datant du début de l’âge du fer. La région figure également en bonne place dans les premiers temps de l'histoire irlandaise chrétienne, notamment au Tysaxon (Tech Sachsan, maison des Saxons) où Balan, qui arriva en Irlande avec Colman après le synode de Whitby en 664 A.D., fonda un monastère.

Lire la suite : Athenry – Histoire détaillée

Le château d’Athenry

Pendant presque cinq siècles le château d’Athenry a été abandonné, sans toit et dans un état de ruine. En 1990, cependant, la branche des monuments nationaux de l'Office des Travaux Publics a commencé à travailler sur sa restauration. Le château restauré sert, entre autres, comme centre du patrimoine pour expliquer l’histoire de la ville et des environs immédiats aux visiteurs intéressés et aux spécialistes. La reconstruction a été terminée récemment et le bâtiment ressemble à présent à quelque chose approchant l’aspect qu’il avait peu avant son abandon au XVe ou XVIe siècle, quand on dit que les de Bermingham ont emménagé dans un logement plus confortable sur la place de la ville.

Lire la suite : Le château d’Athenry

Histoire du prieuré dominicain

Meiler de Bermingham, second baron d’Athenry et fondateur de la ville, acheta le site à Sir Robert Breynach pour 160 marks en 1241 et en fit don aux frères Dominicains, ainsi que de 160 marks, afin qu'ils puissent construire une abbaye – à ce qu’on dit à la demande de Saint Dominique lui-même ; le saint, cependant, était mort en 1221. Il donna aussi du vin, des tissus anglais et des chevaux pour tirer des pierres, et persuada en outre ses chevaliers et soldats de contribuer aux travaux. Meiler lui-même mourut en 1252 dans une bataille près de Cashel, Comté de Tipperary, et son corps fut ramené à Athenry et enterré près de l’autel.

Lire la suite : Histoire du prieuré dominicain

La masse et le sceau d’Athenry

Peu de temps après la fondation d’Athenry, une sorte de système de corporation fut institué, consistant en 1310 d'un « Juge, Bourgeois et Hommes Libres de la Corporation de la Ville et des Libertés d’Athenry ». Le juge était élu chaque année, comme l’étaient également environ 20 bourgeois - le juge était Juge de Paix, Greffier du Marché et seul Juge dans la région. Il utilisait la masse et  la corporation  utilisait le sceau. La masse d’Athenry est unique, n'étant pas une masse cérémoniale en argent comme c’était l’habitude, mais un petit poing serré en cuivre monté sur un manche en bois robuste, et clairement utilisé comme une sorte de marteau pour maintenir l'ordre lors des réunions plutôt que pour simplement servir lors des occasions civiques.

Lire la suite : La masse et le sceau d’Athenry

Les Champs d’Athenry

La ville d’Athenry est immortalisée dans la chanson « The Fields of Athenry » (« Les Champs d’Athenry ») qui a été écrite par Pete St. John dans les années 1970.

Elle raconte l'histoire d'un jeune homme qui fut pris à voler du maïs à Lord Trevelyn pendant la Famine irlandaise, et qui fut déporté à Botany Bay en Australie comme punition. La chanson a été enregistrée par plusieurs artistes Irlandais, mais le plus grand succès fut celui de Paddy Reilly dont l'enregistrement est resté dans les hit-parades irlandais pendant 72 semaines en 1983.

Elle est maintenant  régulièrement entendue sur les terrasses et les gradins dans toute l'Irlande et à l'étranger puisqu’elle a été adoptée par les équipes de Rugby et de Football irlandaises.

 

Lire la suite : Les Champs d’Athenry